Un petit vélo dans la tête

mafmars

Mes filles sont aussi celles de leur père, ça ne fait pas de doute : une brochette de brunettes, dépassant leurs congénères d’une tête, avec des oreilles de taille… honnête et un nez de compèt’ – ah non, lui, il vient de moi. Mais dans ses gênes, il y a aussi le sens du jeu, celui de l’humour et une forte détermination. TRES forte.

16h dimanche après-midi. Alors que nous nous sommes acquittés, en famille, de la corvée de bois hebdomadaire – l’Homme taille, je détaille, N°1 et 2 empilent, N°3 se défile – et que nous aspirons toutes à une fin de journée sur le canapé, le pater famili-hache voit affleurer, sous son t-shirt, son Dad Bod – formule américaine et branchée pour sa petite bedaine de la quarantaine, quoi. Immédiatement, ses jambes le démangent – un phénomène observé à plusieurs reprises : chez le mâle, la vision du bidon donne des fourmis – et il se rappelle qu’il a prévu de se remettre au sport. « Allez, on va faire un tour de vélo ! »

Rétro-pédalage

Les 2/5èmes de la tribu les plus récents, sources inépuisables d’énergie, ont déjà enfilé leurs casques, alors que N°1 gonfle ses joues de ravissement, en prévision d’un Pffffffff appuyé et éloquent – son unique élément de communication, quelle que soit l’émotion. De mon côté, je cherche une excuse… je dois écrire cette chronique / j’ai une montagne de linge à repasser / cette enfilade scandinave que tu as rénovée, il faut bien que quelqu’un la brique / je ne suis pas épilée… Bon sang ! Mais c’est bien sûr : en fait, je n’ai plus de vélo ! « Mais moi non plus ! » se rappelle mon ado, peinant à cacher son enthousiasme. Dépourvues de l’équipement de base pour cette chevauchée plein gaz, nous rentrons donc illico, promettant d’attendre le reste de l’équipée sauvage en préparant un bon feu, des crêpes et du chocolat chaud.

En têt(é) de peloton

Depuis la fenêtre de la cuisine, je découvre alors à quoi ressemble la détermination quand elle prend forme humaine. Ayant repéré une ballade un peu éloignée, l’Homme s’est mis en tête de charger les cycles dans le coffre de la voiture : trois cadres, 6 roues, mais une seule bonne combinaison pour tout caser… reste à la trouver : il baisse plus de sièges qu’il n’y a d’enfants, empile d’abord les vélos guidon derrière, puis guidon devant, le grand à moitié plié, les pédales en arrière, le petit par dessus, les roulettes en l’air. 100 fois sur le métier, il ne lâche pas l’affaire. Au bout d’une petite heure, les petites ont complètement oublié qu’elles allaient se promener mais les engins, eux, sont encastrés… et la pluie commence à tomber.

Père de roues

C’est mal connaître l’Homme que d’imaginer que trois gouttes vont le décourager. Ou de croire qu’il s’est tapé une heure de lutte contre les éléments pour aller se poser devant la télé. Choupettes moins motivées mais imperméabilisées, biclous couchés-pas-bouger, la familiale surchargée part donc pour les sentiers boisés. Sans eau, sans goûter, sans rustine ni téléphone – il est là sur le bar, en train de charger. En battant la pâte à crêpes, je vois le ciel foncer, l’ondée devenir trombes, le vent se lever… Je m’attends à voir mes filles et leur géniteur rabouler leurs museaux, trempés évidemment, jusqu’aux os, en moins de temps qu’il n’en faut pour faire avaler, à un monospace, trois vélos. Mais non.

Il fait sombre et il ne reste pas grand-chose de mes ongles quand ils débarquent enfin. A peine fatigués, à peine mouillés, même pas souillés, rien. « Et cette balade alors, c’était loin ?

–  En fait, comme il pleuvait trop, résume N°2, sourire aux lèvres et aux yeux, on s’est arrêtés au Laser Game, c’était trop bien ! »

Ah, pour rester leur père, ce héros, c’est sûr, il ne lâche rien.

 

Chronique publiée dans le numéro de Mars 2018 d’Activmag – dessin : Sophie Caquineau

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s