Femmes, je vous aime…

Les copines

il y a celles du quotidien, qu’on croise quatre fois par jour, entre l’école, la garderie et les réunions de parents,
à qui l’on a toujours quelque chose à dire, parce qu’on se suit presque à la minute,
qui pensent toujours à ce qu’on a oublié, qu’on peut appeler au dernier moment,
qui sont d’une irremplaçable fiabilité et d’un infini bon sens

Il y a celles qu’on voit moins souvent, mais avec qui il fait bon se poser et s’accorder du temps,
avec qui l’on prévoit de plus longs moments parce qu’on a des tellement choses à se raconter,
tellement…

Il y a celles que la vie a éloignées,
celles avec lesquelles, entre simplicité et complicité,
on reprend les choses là où on les avait laissées

Il y a celles qu’on a pas vraiment choisies, qui sont comme une famille élargie,
d’aussi loin qu’on se le rappelle, elles ont toujours fait partie de notre vie…
ce sont celles dont on voit sur leurs enfants la même bouille qu’on leur a connue quand elles avaient trois ans,
celles qui ont subi nos boutons d’acné et nos premiers râtés,
nos flirts les plus inavouables et nos mycoses aux pieds,
notre fâcheuse tendance à être toujours à la bourre
et notre grand amour

Il y a celles qu’on comprend à demi-mot, celles avec qui l’on débat,
celles dont le silence cache pudiquement un mauvais moment,
et celles qu’on laisse gueuler, parce que c’est comme ça
il y a celles qu’on a blessées, mais qui ont su pardonner,
il y a celles qu’on aime trop pour laisser quoi que ce soit tout gâcher

il y a celles qui n’oublient jamais votre anniversaire, même sans Facebook,
et celles qui l’oublient, même avec,
il y a les femmes des potes, qu’on finit par voir sans eux et par aimer autant qu’eux
Il y a celles qu’on aurait pu détester, mais qui rayonnent au-delà de toute rancoeur ou animosité

Il y a celles avec qui on a fait les pires conneries, avec qui on a vaincu l’ennemi,
celles qui filent la rage au ventre, celles dont une phrase suffit à vous redonner envie,
il y a celles qu’on admire, qui se battent comme des lionnes pour leurs petits,
pour leur dignité, contre la maladie

Il y a les coca-light et les cafés,
les mojitos, les PGV, les hectolitres de rosé et plus si affinités,
Il y a celles avec qui on a picolé, pleuré, pissé, mais surtout beaucoup rigolé

Et il y a celle, il y en a une, qui est un peu tout ça à la fois
elle se reconnaîtra…

Alors à vous toutes, Nénettes de ma vie,
Copines-cousines-pinpines,
et Mômô,
je veux crier mon amour…
j’en connais qui seront gênées, d’autres qui vont rigoler,
mais toutes autant que vous êtes, vous me portez…
Vous êtes fortes, sensibles, attentives, cintrées,
drôles, intelligentes, sportives, bien habillées (c’est nul comme rime, mais ça atténue un peu toute cette solennité…)
En un seul mot MAGNIFIQUES.
et je souhaite à toutes les Nénettes de la vie d’autres nénettes
d’avoir autant de chance que moi de vous avoir…

Bon, maintenant que c’est dit, Julien Clerc sors de ce corps ! A moins que ce ne soit toi Bast’?…

 

Vous vous en doutiez peut-être, mais Odré, la fidèle et talentueuse illustratrice de ce blog, fait partie de cette belle brochette…

Publicités

10 thoughts on “Femmes, je vous aime…

  1. Bonjour Mel Wa!!!… Quel article… entre chaire de poule et larmes aux yeux… Que de souvenirs et de moments qui remontent en te lisant.. Merci pour ces super moments tous les débuts de semaine… Des bisous Vaness

    Naudin Vanessa Envoyé de mon iPhone

  2. Quelle belle déclaration d’amitié à toutes les femmes de ta vie…..
    Je te tire mon chapeau et toi tu m’as tiré quelques larmes……
    Tout simplement BRAVO…….encore et toujours…..

  3. Alors là….. Chapeau….! Merci pour cette merveille. J’ai ri et j’ai reconnu pas mal d’entre nous, y compris moi, tu as le don de dévoiler sans nommer… Maintenant, au tour des pinpins de reconnaître leur pinpinne! Bravo Mélane pour la plume toujours aussi fine et Odré pour le coup de crayon qui finit de nous embellir! Moi aussi je le dis haut et fort: j’ai la chance de vous connaître, toutes!!! Biz

  4. J’l’avais loupée cette chronique! Heureusement pour moi, y’a eu un apéro avec les cops alcoolos (elles aussi, elles se reconnaîtront!!…) et me voilà toute chamboulée après cette lecture. Des poutous à toi, Mélane.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s