Exotismes 2: Cool Britannia

Fotor120212393Cette semaine, pour la première fois depuis de longs mois, j’ai pu vivre à mon rythme (dormir quand les yeux piquent, se lever quand ils n’arrivent plus à rester fermés), être complètement libre de mes mouvements, en pleine possession de chaque partie de mon corps (sans un boulet de 12kg accroché à la jambe droite, un distributeur à câlins accrochée à l’autre et une grande gigue sur le dos), sans avoir d’autre contrainte que celle de me faire plaisir et de profiter d’une de mes capitales préférées:

–       j’ai apprécié, nez en l’air et sourire aux lèvres, la solitude en plein coeur de la foule d’un aéroport, d’un avion bondé et d’une rame de métro aux heures de pointe…

–       j’ai pu avoir de vraies longues conversations de filles suivies et ininterrompues en profitant, du haut de la Tate Modern, d’une vue imprenable sur St Paul’s Cathedral et la City.

–       j’ai pu, à mon rythme, m’imprégner en coup de vent des couleurs de Paul Klee et m’attarder devant chacun des portraits de la fantastique expo photos du Taylor Wessing Prize;

–       j’ai pu pleuré au théâtre, au moins autant qu’en lisant le livre, mais étonnament beaucoup moins fort que mon voisin de droite, en allant voir ‘The Curious Incident of the dog in the night time’ (amis Anglophones et -philes, si vous ne le connaissez pas déjà, je vous recommande chaudement Mark Haddon) et j’y ai découvert que toutes les lettres de mon nom, additionnées (A=1, B=2, C=3, etc.), donnaient, comme pour Sherlock Holmes et Scoobi-doo, un nombre premier (163, uniquement divisible par 1 et par lui-même) le tout après une somme de calculs extrêmement compliqués qui m’ont permis de gagner (moi qui ne gagne jamais rien, je n’en revenais pas!) un merveilleusement gratifiant… badge.

–       J’ai marché au moins 8kms par jour, dépensé à peine quelques 700 calories, compensées immédiatemment par les 23 mocha (café + chocolat, ne sont jamais aussi crémeux qu’en Grande-Bretagne!), le chocolat blanc chaud et les différents cupcakes auxquels j’ai succombé… à défaut de pouvoir m’accorder un VRAI afternoon tea, parce que les meilleurs endroits pour le faire sont absolument pris d’assaut…

–       J’ai pu mangé thaï, libanais et faire comprendre à mon palais pourquoi mon estomac et mon cerveau fantasmaient conjointement sur la cuisine envoûtante d’Ottolenghi.

–       J’ai pu croiser, sur King’s Road – Vimie, si tu es là, et que tu n’as pas encore vu les saisons 2 et 3 de Borgen, saute, ce paragraphe, j’ai dit SAUTE CE PARAGRAPHE – , Alastair McKenzie, soit Jeremy, le charmant amoureux britannique de Birgitte Nyborg dans la saison 3… Je crois qu’il m’a reconnue aussi, mais nous sommes restés tous les deux très discrets, afin de protéger nos anonymats respectifs.

Et tout cela n’aurait évidemment pas été possible sans la générosité des fantastiques contributeurs qui m’ont offert ce week-end, qui m’ont accueillie et accompagnée (ils se reconnaîtront) et sans… mes parents!… Il y avait même un gâteau au chocolat dans le frigo quand nous sommes rentrés hier soir, au cas où le fait de m’avoir octroyé cette bouffée d’air, en supportant nos filles pendant quatre jours, en rangeant la maison de fond en comble et faisant tout mon repassage, n’aurait pas suffit à mon Bonheur…

 

Publicités

5 thoughts on “Exotismes 2: Cool Britannia

  1. AAAAAAAAAAAARgh non, j’ai pas lu, j’ai pas lu, j’ai pas lu, j’ai pas lu, mais enfin, c’est du SPOIL !!!!! J’ai juste entr’aperçu « Alastair » et « Birgitt » (le défaut des gens qui ont dû apprendre à lire vite sous peine de mort par étouffement sous des montagnes de manuscrits, c’est qu’on a les yeux qui traînent tjs 3 lignes plus loin). N’en jette plus mon petit coeur saigne, noooooon je ne veux pas avoir compris ce que je dois comprendre… Je récupère la suite ce week end 🙂 Bon sinon tu as bien fait de profiter de Londres, j’en rêve….. bisous

    • C’est pas faute de t’avoir prévenue pourtant!!! En même temps, tu devais quand même te douter que Birgitte finirait par prendre un chien… Alastair, ce bon vieux labrador, va lui donner du fil à retordre, mais je ne t’en dirai pas plus, j’ai déjà suffisamment gâché ton plaisir.
      Londres est encore plus près pour vous que pour nous, qu’est-ce que tu attends!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s