Episode 32: de l’utilité de l’Homme dans un voyage en avion avec trois enfants

MAF voyage copy

A l’aller, j’avais pourtant l’impression de m’en être bien sortie, attirant au passage quelques regards attendris par cette mère temporairement célibataire et sa triplette joliment tressée. Au retour, peut-être était-ce dû au fait que nous nous soyons tous (enfants, parents, kid-friendly ou non) levés quelques heures avant le soleil pour attraper l’avion, ou aux costumes d’Halloween des mes filles, révélant leur véritable nature au grand jour, mais l’ambiance était… moins compatissante. Et j’ai vraiment regretté mon binôme.

–       Sa présence virile et sa stature imposante auraient tué dans l’oeuf les remarques désobligeantes de ces deux jeunes post-pubères mais encore très boutonneux, qui se sont plaints à portée de mon oreille que “l’autre” (moi) ait attendu tranquillement l’ouverture du guichet sur son siège en plastique trop confortable, pour passer ensuite juste devant eux alors qu’ils avaient fait la queue… Que n’avaient-ils repéré, ces même-pas-encore-hommes à l’instinct de reproduction fort peu développé, que, non, je ne profitais pas lascivement de la banquette aéroportuaire pour affiner ma French Manucure pendant qu’ils faisaient le planton, mais que je luttais pour changer, contre son gré, la couche de N°3, par terre dans les toilettes (suis étonnée d’ailleurs que personne n’ait appelé la sécurité pour dénoncer un cas de maltraitance, car depuis l’autre côté, les voyageuses se lavant les mains ont dû voir dépassé sous la porte et dans le désordre, sa tête hurlante, ses chaussures, des tétines balancées avec rage, une couche…). Et franchement, s’ils avaient vraiment voulu la priorité pour monter dans l’avion, ils n’auraient eu qu’à demander, je leur aurais bien volontiers prêté mes trois filles pendant l’heure qui précédait l’embarquement.

–       Sa voix forte et son autorité naturelle auraient d’ailleurs calmé d’un coup l’hystérie de notre dernière-née, avec plus d’efficacité que le “Hoy!” italo-glaswegien de Yul Brynner, notre stewart. Il aurait mis fin aux éternelles chamailleries pour les places dans l’avion (“Moi je suis à côté de Maman / Moi aussi / Aussi!” Mais jusqu’à  preuve du contraire, Maman n’est toujours pas triangulaire, elle n’a que deux côtés…) en prenant d’office la place à côté du hublot (C’est qui le chef?). Il aurait aussi certainement coupé court aux débats vestimentaires de la veille en observant le côté peu pratique d’une robe d’Halloween pour voyager… peut-être aurait-il tout simplement acheté des collants à la bonne taille, évitant ainsi le drame de 3h du matin…

–       Sa musculature développée aurait ménagé mon dos, mes épaules, mes bras, tour à tour sollicités par N°3 ne voulant pas marcher (elle a trouvé la parade pour que je ne puisse pas le lui refuser: elle réclame un câlin…), ma maison sur le dos (le sac avec la tablette, des livres, des cahiers d’activité pour tous âges, des paquets de biscuits, des mouchoirs, un change complet…), un sac-à-main-à-tout, avec les doudous, les restes du petit-déjeuner et les trouvailles du duty-free (ils avaient du Pimm’s, j’ai fait des réserves… et encore, j’ai résisté à l’appel du Bailey’s chocolat.)… Il a d’ailleurs craqué sur le tapis roulant à l’arrivée à Genève.

Je vous épargne, et puis non, je ne vous épargne pas le lait de croissance qu’il a fallu goûter et dont la bouteille, qui ne fermait plus, a balisé de gouttes blanches mon parcours dans le duty-free; l’essayage de toutes les Ray-Bans par N°1 et 3 se marrant comme des baleines (alors, pour les dix minutes de répit que cette rigolade m’a octroyé, je les ai laissées faire, quitte à m’attirer les foudres des vendeuses); le douanier qui, depuis son guichet, n’a pas reconnu N°3 que je tenais par les pieds, la tête en bas; et, dans la bataille, la perte de sa 2ème dent par N°2, qui jusque là, avait été extrêmement cool.

Bref, quand nous planifierons notre prochaine expédition, sur ma liste de choses indispensables pour voyager, juste après les passeports, mais avant les doudous et le biberon de N°3, je dois me rappeler de faire figurer, en gras et souligné trois fois: NE PAS OUBLIER L’HOMME.

Publicités

3 thoughts on “Episode 32: de l’utilité de l’Homme dans un voyage en avion avec trois enfants

  1. Et encore un moment de fou rire toute seule devant mon écran… trop fort!!!!! et dire qu’on envisage un voyage en avion dans l’hiver… mais l’Homme, le mien, sera avec nous.. ouffff!lol

  2. Ping: 1 AN!!!! | Ma Vraie Vie de MAF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s