Episode 23: Chronique du Lapin Blanc

MAF à l'heure...

Mon réveil indique 7h00. Il se met en route. Trois minutes plus tard, le bip-bip de France Inter annonce implacablement l’arrivée de Patrick Cohen sur les ondes. Entre temps, la cloche de l’Eglise du village d’en bas a déjà sonné deux fois ses sept coups, en écho à celle de l’église du village d’en haut… Et après je m’étonne d’avoir parfois un sentiment de déjà-vu à certains moments… Pour mon début de journée, c’est avéré, je passe au moins trois fois la barre des 7h, c’est probablement la raison pour laquelle, manquant de repères fiables dès le lever, il me faut sans cesse en recréer.

7h03 sur le réveil, j’appuie sur la touche “Repeat” et me lève 9 minutes plus tard. Il est donc 7h14 sur ma montre, en avance de 2 minutes sur le réveil, de 5 sur Inter. Je lève les filles aux 7h23 de Didier Varot et de sa chronique musicale, leur file leur céréales en écoutant Hélène Roussel, mais si elles n’ont pas commencé à s’habiller quand Pascale Clarke prend la parole, ça devient serré. J’ai jusqu’à 8h32 sur ma montre pour les mettre dans la voiture, qui démarrera à 7h29 sur l’horloge du tableau de bord, puisqu’elle a loupé le passage à l’heure d’été et n’a pas non plus rattrapé, depuis, ses trois minutes de retard. Ce que je sais, c’est que pour arriver pile-poil à l’école, il faut que je quitte la maison entre 6h09 et 6h13 sur le four de la cuisine, que je n’ai pas réglé depuis la dernière coupure de courant. Il a donc 2h18 de retard sur le GMT+1 de mon I-phone… (ce qui ne m’explique toujours pas, d’ailleurs, pourquoi celui-ci s’obstine à me rappeler les anniversaires de mes amis 24h trop tôt et à me les notifier la veille, soit deux jours avant la date que j’ai toujours eue en tête; résultat, souvent la journée se termine sans que je le leur ai souhaité, perdue que je suis dans un espace temps aux contours plus que flous… J’en arrive à me demander si je ne serais pas, moi-même, née le 6 Octobre, et non le 7.) Le soir, c’est plus tranquille. Depuis le jardin, les échos des cours de Cor de Chasse qui remontent du centre du village m’indiquent qu’il faut commencer à préparer le repas, enfin le lundi seulement… les autres soirs, il faut que je me fie à la ponctualité de Gulli et de ma Sorcière Bien-Aimée.

Avec tout ça, et si je ne me trompe pas de jour (ça peut arriver, quand, dans la précipitation, je me suis fiée au calendrier de 2011 qui est toujours accroché au-dessus du bureau), je ne dépasse finalement jamais le quart d’heure de retard à tous mes rendez-vous, ce qui me permet d’ailleurs d’arriver toujours très largement la première à nos dîners de nénettes et d’attendre une demie-heure minimum chez mon gynéco. Par contre, il faut avouer que ça ne simplifie pas mes départs en train. Comment savoir, quand un TGV est annoncé à 18h27, si la SNCF s’est calée, elle, sur mon réveil, ma montre, ma voiture ou mon four? Dans le doute, je prévois toujours une bonne demi-journée d’avance.

Le comble dans tout ça, c’est qu’il n’y a rien de pire, pour me mettre le bourdon, que le tic-tac d’une horloge… le bruit que fait une seconde me rappelle celui d’un battement de coeur, et j’ai toujours l’angoisse de l’entendre s’arrêter. Je ne sais pas comment le crocodile de Peter Pan a fait pour garder la raison, mais je commence à comprendre de quelle manière le Lapin Blanc d’Alice aux Pays des Merveilles l’a perdue.

Le dessin d’Odré, lui, est arrivé, comme toutes les semaines, pile à l’heure.

Publicités

4 thoughts on “Episode 23: Chronique du Lapin Blanc

  1. Et paradoxalement, malgré tous ces repères qui rythment également mon quotidien, j’aime à croire que le temps est élastique et qu’il m’est tout à fait possible de réaliser une somme de choses en un temps très réduit! J’en veux pour preuve les listes interminables des actions à accomplir pendant que les enfants sont à l’école… Souvent un peu déçue du résultat, je n’hésite pas à remettre à plus tard et m’octroyer, sans trop de culpabilité, un temps pour moi!! Sur ce, faut qu’jaille étendre ma lessive, décider des menus du jour, faire les courses, passer à la pharmacie, aller chercher les enfants à l’école, préparer les valises pour les wouacances, faire un brin de ménage (oups, suis encore en chemise de nuit; c’est henri qui a enmené les enfants à l’école ce matin!)… Qu’est-ce qui va passer à la trappe aujourd’hui? En tout cas pas la lecture de l’épisode de nini!! Des bisous à la pelle!!!

    • Ah ma Juju, tu me fais bien rire… on est vraiment toutes pareilles! on se fixe des objectifs impossibles à atteindre et après on ne se trouve pas à la hauteur… du coup, aujourd’hui, j’ai décidé de ne rien faire… si, si… sous prétexte de rémission de gastro (en même temps c’est vrai, ne suis pas encore bien fraîche), grâce à la Fée Sylvie (elle vient de passer 4 jours à la maison, qui est donc plus que nickel) et à l’Homme, je vais juste ne PAS me fixer d’objectifs… lire mes mails, écrire, lire encore… plein de bises à vous et bonnes wouacances!!!

  2. Ping: 1 AN!!!! | Ma Vraie Vie de MAF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s