Episode 22: chronique de la polyvalence professionnelle

MAF ... c'est pas un métier

Aujourd’hui, j’ai été:

–       bûcheronne, comme la soupe (spécialité diététique locale à base de soupe, mais surtout de lard, de saucisse, de pommes de terre et de tomme de Savoie), à peine plus grasse mais un peu moins costaud, avec, à la clé, un lumbago, quelques ampoules et un beau tas de petit bois joliment aligné sur le côté de la maison en prévision des rudes hivers à venir;

–       jardinière, plutôt tendance bouillie bordelaise et purin d’orties que macédoine de légumes, équipée d’une rutilante panoplie d’instruments aratoires (c’est notre minute “le mot nouveau de la semaine”, à vos dicos!), sous le regard envieux de N°3, saucissonnée dans sa poussette pour éviter qu’elle n’avale ni graviers ni vers de terre/ ne dévale la pente vers la route en essayant d’attraper le chat du voisin/ne vérifie l’affutage du sécateur sur son poignet/ne me plante la serpette dans le dos ;

–       plombière, comme la glace  – est-ce que quelqu’un en a déjà mangé et se souvient de la glace plombière, avec des morceaux de fruits macérés au kirsch?… ouais, c’est comme le rhum-raisins, c’est une glace pour alcoolique en phase de sevrage, mais j’assume. En sortant du siphon de la salle de bain un mélange gluant de cheveux et autres substances non identifiées, je n’ai pu surmonter ma répugnance qu’en me répétant que tous ces fluides, quels qu’ils soient, venaient des êtres qui m’étaient le plus cher au monde…

–       policière, comme dans les séries: il a fallu que j’élucide le mystère de l’enlèvement du téléphone, que je fasse montre de mes talents de fine limière pour retrouver les tétines disparues et que je résolve l’affaire Barbie, une sombre histoire de kidnapping et de sévices corporels, avec des bras arrachés, des cheveux coupés, une tête plongée dans les toilettes… bref, c’était pas beau à voir…

–       juge, m’attelant à dêmeler le vrai du faux (“ah oui? Cette mèche de cheveux sur le côté s’est brutalement jetée sur tes ciseaux et les a forcé à la détacher de ton crâne?”), à respecter une équité exemplaire (“un oeuf au chocolat pour chacune d’entre vous et le gros lapin pour moi”) et à appliquer des sanctions justes et proportionnées (“pour ne pas avoir dit merci et aurevoir à la dame en sortant du magasin: 3 semaines sans dessins animés, ni i-pad/phone, ni ordinateur”);

–       aide-soignante (“Maman, j’ai mal à la jambe/au ventre/derrière l’oreille… – mets-toi devant la télé, ça va passer.” “Poulette, tu me pourras me masser le dos, je crois que je me suis froissé un muscle en jouant à Candy Crush – Grrrumph” “AAAAAAaaaaaaaaaaaaaaahhhhhh BOBOooooh BOBOooooh BOBOoooh – qu’est-ce que tu dis, mais articule voyons, je ne comprends rien, j’ai dû perdre un tympan…”)

et évidemment, cuisinière, agent d’entretien, préceptrice, psychologue et assistante dentaire.

Mais il paraît que mère au foyer, ce n’est pas un métier…

Odré, elle, en plus, elle me voit en call-girl… je vais y penser…

Publicités

7 thoughts on “Episode 22: chronique de la polyvalence professionnelle

  1. Je n’ai pas de jardin mais j’ai quand-même été teinturière, boulangère, puéricultrice, cuisinière et même couturière. Inactive, quoi.

  2. Ping: 1 AN!!!! | Ma Vraie Vie de MAF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s