Se voit-on vraiment vieillir… non, mais, vraiment?

MAF moderne

Dans la glace, ça ne saute pas aux yeux: de discrètes pattes d’oie, quelques lignes en filigrane sur le front peut-être, pas de cheveux blancs (et oui, d’accord, sur le corps toutes les marques d’une ou plusieurs grossesses, évidemment, mais habillée, on peut encore tromper le chaland, laissez-moi rêver!).

Sur la balance: étonnament mieux qu’à 18 ans (comment ça, j’ai choisi exprès une période où je pesais 10 kilos de trop? faut bien un point de comparaison non?…).

Dans mes baskets: à l’aise, endurante, souple du périnée, même pas essoufflée après une heure de Zumba, gagnant encore la course contre ma fille de 20 mois, donc bon état général. Finalement, je suis la même qu’à 25 ans, je n’ai pas changé, pas vieilli… ou si peu…

Parce que même si l’on fait tout pour ne pas les voir, il y a quand même quelques signes qui ne trompent pas:

 

–       quand vous prévoyez des soirées uniquement entre filles, alors qu’avant vous ne vous seriez pas déplacée sans la promesse d’un minimum d’hormones mâles;

–       quand, à l’occasion de cette soirée, vous discutez avec vos copines, que vous vous trouvez toutes carrément bien, modernes, “wesh-wesh” même, alors que ça ne se dit plus depuis quinze ans; et quand les femmes célèbres auxquelles vous vous identifiez, parce que vous appartenez à la même génération, ne sont plus des sportives de haut-niveau ou des actrices en pleine ascension, mais des membres du gouvernement (rassurons-nous, il y a quand même quelques petites jeunettes dans l’équipe actuelle).

–       quand au restaurant, le serveur soigne particulièrement toute votre bande de trentecinquenaires alors que juste à côté,  une brochette de minettes dorées à souhait lui fait des yeux de biche. Il a donc fantasmé sur le fantastique potentiel sexuel de votre tablée et pas sur celui des jouvencelles offertes mais inexpérimentées… reste à savoir s’il y a, en toute mère de famille, un cougar qui sommeille… ou un vieux chat tigré.

–       quand, au moment de commander l’apéro, vous prenez un verre de vin rouge, parce que les alcools fort, et ben, c’est fort, que le champagne vous fait mal à la tête, que le blanc, ça donne des palpitations et que vous ne le savez pas parce qu’on vous l’a dit, mais parce que vous en avez fait l’expérience.

–       quand plus tard, en boîte, un jeune gars vous plaque fougueusement contre un mur, que vous le trouvez “choupinet” mais un peu vert, parce qu’il n’a que 26 ans… tout juste si vous ne lui préfèreriez pas les tempes grisonnantes du regard ténébreux accoudé au bar, avant de vous rendre compte que cet homme mûr n’a, à tout cassser, que cinq ans de plus que vous;

–       quand, une fois couchée, ce même blanc dont vous aviez juré ne pas abuser vous réveille en pleine nuit, le coeur prêt à imploser, et que vous ne retrouvez le sommeil qu’à 6h50, après avoir passé les dernières heures à vous retourner en répétant “Faut que je dorme, faut que je dorme, faut que je dorme… demain ça va être l’horreur”.

–       quand ce fameux ‘demain’, vous faites la tronche toute la journée, blâmant les enfants pour le retard à l’école et les bouchons sur la route, alors qu’avant, les remontées de grammes vous rendaient euphorique et impayable… ça risque, en plus, de durer au moins trois jours, le temps de récupérer.

 

Alors oui, rendons-nous à l’évidence: nous avons fini par prendre de la bouteille et un peu d’âge aussi. Mais pour filer la métaphore oenologique, nous n’avons fait que bonifier, car la trentaine, pour une nana, c’est l’âge d’Or. Loin de l’adolescence tourmentée et acnéique, remise de la vingtaine touche-à-tout, à 30 ans, on s’est trouvée. Avec ou sans homme, avec ou sans enfants, avec ou sans boulot, on sait bien mieux qui l’on est et ou l’on va, on connaît les  rouages de son corps et les tournures de son esprit de femme. Mais le paradoxe reste entier: pour en arriver là, on ne s’est vraiment pas vues changer. Tiens d’ailleurs, je me demande si je rentre toujours dans ma mini-tartan fétiche vestige des années grunge…

 

Chronique tirée d’anecdotes récoltées au cours d’une soirée de nanas mais pas que… Merci pour l’inspiration à Manouchka, Vaness, Delph, Lolotte, Odré, Francky… et une dose de merci supplémentaire pour Odré comme d’hab’!

Publicités

10 thoughts on “Se voit-on vraiment vieillir… non, mais, vraiment?

  1. j’adore !! comme d’hab ! tu as raison on ne se voit pas vieillir ,mais on est quand même mieux a 35 qu’à 20 ans .
    bises Melanie et continue ….

    • Quand Dalida chantait ça, j’avais en effet l’impression qu’elle était bien mûre… et nous y voilà! 2×18, tout pareil, mais affranchissons-nous des chiffres, le principal c’est d’être bien dans sa tête et de vivre chaque année comme la meilleure!

  2. Ping : 1 AN!!!! | Ma Vraie Vie de MAF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s