Episode 19: Pensées du fond du bocal – chronique du poisson rouge

MAF Poisson rouge

Quand j’étais petite, j’avais une mémoire pachydermique. Je n’ai jamais eu à subir l’apprentissage par le rabachage fastidieux car il me suffisait de voir ou d’entendre une chose pour la retenir. Quel confort fantastique!… Et quelle paresse monstrueuse! J’en paie le prix fort aujourd’hui: au lieu de capitaliser sur ce potentiel avantageux, mes neurones arrogants ont préféré se vautrer dans l’oisiveté et prendre du bon temps, pour finir par s’encroûter, s’éloigner les uns des autres et ne plus se connecter du tout. Résultat, j’ai la mémoire vive qui flanche, les synapses qui rament, le souvenir qui chavire. Le poisson rouge est devenu mon animal totem. Comme lui dans son bocal, je peux faire plusieurs fois le tour de ma maison en m’émerveillant à chaque fois… Vous voyez Dory, dans Nemo*? suis la même, juste un peu moins bleue et moins à l’aise dans l’eau…

Au quotidien, ça demande un peu d’organisation, des tonnes de listes, beaucoup de lâcher-prise et du fatalisme. Car combien de fois m’est-il arrivé de:

– partir en urgence au supermarché pour pallier à une pénurie de couches et revenir avec tout autre chose, comme un magnifique dénoyauteur à cerises, efficace pour le clafoutis mais largement mois absorbant qu’une bonne vieille pampers?

– lire, re-lire, refermer le livre, le ranger, le ressortir pour re-re-lire la recette extrêmement compliquée de la béchamel… le tout, au cours de la même préparation (40 ou 50 cl de lait? 20 ou 25g de beurre? 20 ou 25g de farine? )?

– me rendre d’un pas très décidé dans le garage/le grenier/la buanderie et être obligée de refaire – plusieurs fois –  le chemin en sens inverse pour me rappeler la raison pour laquelle je devais y aller, puis oublier tout court d’y retourner?

– rencontrer une ancienne voisine/connaissance dans la rue et essayer de ne pas l’appeler, ni elle ni ses enfants, par leurs prénoms, parce que je suis incapable de me les remémorer. La recroiser, une semaine plus tard, et ne pas me souvenir d’un élément capital de sa vie (grossesse, divorce, déménagement), parce que j’avais passé la conversation précédente concentrée sur ma stratégie d’évitement de l’obstacle ‘prénom’?

– je suis pourtant sûre que j’avais pensé à un autre exemple…

Voyons le côté positif de cette tendance amnésique: l’oubli peut quand même avoir du bon. Il facillite le pardon, gomme l’amertume et la culpabilité; il me permet surtout de revoir inlassablement le même film (non, pas « Nemo »…) en me trouvant à chaque fois très futée, car j’avais l’intuition de ce qui allait se passer (“J’étais sûre que c’était lui le meurtrier, je l’avais démasqué! Suis trop forte!”).

Il me paraissait important aujourd’hui de vous dévoiler cet aspect fondamental du fonctionnement de mon cerveau pour que, le jour où vous lirez une chronique qui ressemble à peu de choses près à celle-ci, vous ne soyiez pas surpris…

*Si vous n’avez pas vu Nemo, ce grand classique de Pixar, voilà ici une petite idée de l’ampleur des dégâts…

Encore une chronique illustrée par les doigts de fées d’Odré!


Publicités

12 thoughts on “Episode 19: Pensées du fond du bocal – chronique du poisson rouge

    • je me rassure en espérant que oui, le fait que nous soyons hyper actives et pensions sans arrêt à des milliers de choses en même temps soit un facteur aggravant… il paraît aussi que les grossesses n’arrangent rien: on perdrait pas mal de neurones dans la bataille!

  1. Pareil: sans liste je suis foutue et qd je l’oublie sur la table de la cuisine… c’est trop dur!! Recette, prénom, mais qu’est-ce que je suis venue chercher ici… ce serait dc féminin???

    • Je n’oserais répondre oui ma Juju… Pour ne pas donner de grain à moudre à nos hommes! Mais je crois qu’on essaie de penser à trop de choses à la fois… Et faire trop de choses en même temps… Bref, on est trop ambitieuses! Des bises!!!

  2. Ping : Youpi! c’est mercredi… | Ma Vraie Vie de MAF

  3. Ping : Nous les femmes, on anticipe… | Ma Vraie Vie de MAF

  4. Ping : Episode 30 : Chronique digressive (ou peut-on vraiment rester cohérente quand on vit dans le Grand Bazar ? – et même pas à Istanbul – pourtant j’aimerais bien…) | Ma Vraie Vie de MAF

  5. Ping : 1 AN!!!! | Ma Vraie Vie de MAF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s